RADIO(S)

Alerte info
Rentrée 2021/2022 : DIVA FM votre Radio est heureuse de vous annoncer la reprise de ses émissions à Thèmes pour cette nouvelle saison 2021/2022 dès le Lundi 13 Septembre 2021.



Des habitants du village de la Barben ont été déboutés mardi par le tribunal judiciaire d'Aix-en-Provence. Ils dénonçaient l'absence d'étude d'impact sonore pour l'ouverture d'un parc d'animation dédié aux traditions provençales.

"La décision qui vient d'être rendue est un scandale judiciaire. Après l'appareil d'Etat, complaisant et complice, c'est la justice qui cautionne et couvre des agissements illégaux", s'est offusqué Me Jean-Marc Descoubès, avocat des requérants.

Chaque jour, cet été, dans le jardin à la française et l'ancien jardin potager transformé en marché provençal, sept spectacles se sont enchaînés, avec en point culminant des représentations son et lumière jusqu'à 23h.

Des voisins dénonçaient l'absence d'étude d'impact sonore pourtant exigée par la préfecture des Bouches-du-Rhône. Cette dernière avait pourtant émis un avis "défavorable" au permis d'aménager en octobre 2020.

Outre l'impact sonore, la poignée d'habitants contestataires dénonçaient aussi le trafic routier et l'aménagement d'un parking en zone naturelle protégée.

Pas de "trouble manifestement illicite"

Dans son ordonnance, le tribunal relève "qu'il est produit des témoignages qui indiquent une ambiance sonore insupportable, aux environs de 75 décibels: mais ces affirmations n'ont pu être contrôlées par un appareil de mesure pour être ajoutées au dossier et il n'est donc "pas possible d'objectiver cette situation au regard des pièces produites".

Par ailleurs, concernant les travaux dans le jardin potager transformé en marché de produits provençaux, le tribunal relève que "le non-respect de certaines règles d'urbanisme ne suffit pas à constituer un trouble manifestement illicite".

Enfin concernant l'aménagement du parking, un constat d'huissier en date du 23 février 2021 constate un aménagement "avec des étais en bois installés contre le muret et des véhicules stationnés sur l'herbe": mais ce constat "n'établit pas un trouble manifestement illicite", poursuit le tribunal.

Le parc Rocher Mistral s'est "félicité" de cette décision: "Ce jugement montre une nouvelle fois que les attaques organisées des opposants de Rocher Mistral sont illégitimes et relèvent du harcèlement à l'égard des salariés et des visiteurs", écrit-il dans un communiqué.

Nouvelle décision de justice le 26 octobre

Les voisins du "Rocher mistral" étudient désormais la possibilité d'un appel. Ils ont 15 jours pour faire un recours. D'ici là, le Rocher Mistral n'en a pas tout-à-fait fini avec la justice. Le 26 octobre, la justice doit se prononcer sur un recours déposé par l'association France Nature Environnement.

Rebaptisé "Rocher Mistral", le château classé monument historique au coeur de la controverse se dresse fièrement sur les hauteurs du village de 800 habitants, entre Aix-en-Provence et Arles.

C'est dans cet écrin entouré de 400 ha de forêt et de garrigue que son nouveau propriétaire, Vianney d'Alançon, 35 ans, a choisi de "valoriser les richesses de la Provence historique".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société spectacle vivant culture tradition
Source de l'article : https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/bouches-du-rhone-les-riverains-du-parc-a-theme-rocher-mistral-deboutes-en-justice-2290423.html
Partager