RADIO(S)

Alerte info



La quatrième vague du Covid-19 est là et c'est le variant Delta qui s'impose. Grâce aux tests quotidiens des eaux usées sur 37 points de la ville, les marins-pompiers effectuent un suivi précis de l'épidémie. La situation devrait continuer à se dégrader dans les jours à venir.
Avec le test quotidien des eaux usées de la ville, les marins-pompiers ont pu dater au 6 juillet le retour en force du Covid-19 à Marseille.
Avec le test quotidien des eaux usées de la ville, les marins-pompiers ont pu dater au 6 juillet le retour en force du Covid-19 à Marseille. © MAXPPP Frédéric SPEICH

Alors qu'une quatrième vague de Covid-19 frappe la France, les marins-pompiers de Marseille constatent une accélération de la contamination par le variant Delta dans la citée phocéenne.

Cette flambée du coronavirus dans les eaux usées de la ville ces trois dernières semaines devance de quelques jours celle observée par l'IHU (Institut hospitalo-universitaire) de Marseille sur les dépistages par test. 

Mercredi, le Premier ministre, Jean Castex, n’a pas exclu un retour du couvre-feu ou du port du masque obligatoire dans les départements les plus touchés pour lutter contre la flambée des cas.

Depuis un an à Marseille, les marins-pompiers effectuent des prélèvements dans les eaux usées de la ville pour surveiller l'épidémie.

L'objectif : détecter les cas de coronavirus, par arrondissement, le plus rapidement possible. Dans les selles, le virus se repère six jours avant les premiers symptômes. 

50 fois plus de détection du Covid-19 depuis fin juin

Alors, tous les jours, des prélèvements sont effectués dans 37 points de contrôle. Une méthode et un savoir-faire qui ont permis de dater précisément le jour où le coronavirus est revenu en force dans la ville phocéenne : c'était le 6 juillet.

"Entre le 29 juin et le 6 juillet, le taux de portage dans les eaux usées a été multiplié par 10, détaille Alexandre Lacoste, directeur du Comete (Covid-19 Marseille Environnemental TEsting). Depuis le 6 juillet, il a été multiplié par cinq."

Seuil d'alerte dépassé

Une date qui a marqué l'ingénieur chimiste : "En un an, c'est la première fois qu'on a une flambée aussi forte, quelques jours après l'IHU a observé cette dynamique dans les tests PCR."

Selon les dernières données de Santé Publique France, 39 départements présentent un taux d'incidence au-dessus du seuil d'alerte, fixé à 50 cas pour 100.000 habitants. Dans les Bouches-du-Rhône, le taux est de 135,4.

Le variant Delta ultra majoritaire  

La mutation L452R que porte le variant delta est devenue majoritaire. Plus contagieuse, elle favorise l'accélération de l'épidémie. "A Marseille, ce n'est pratiquement que du variant Delta qu'on repère dans les eaux usées", confirme Alexandre Lacoste.

Les arrondissements les plus touchés à Marseille sont le 5ème, le 6ème, le 13ème, le 11ème et le 4ème, ainsi que la Pointe rouge au sud où se concentrent de nombreux touristes.

"La semaine prochaine, l'ensemble de la carte sera probablement rouge", annonce l'ingénieur. 

Carte du taux de Coronavirus dans les eaux usées, au 21 juillet 2021.
Carte du taux de Coronavirus dans les eaux usées, au 21 juillet 2021. © Bataillon des Marins-Pompiers de Marseille

La méthode de test des marins-pompiers permet aussi de surveiller d'autres maladies pour l'IHU. La présence de la grippe et de 17 autres virus respiratoires est quotidiennement chiffrée pour faire face aux vagues de maladies.

Ce modèle de tests quotidiens des eaux usées pourrait être reproduit dans d'autres métropoles, comme Lyon et Paris, d'ici septembre. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pompiers covid-19 santé société
Source de l'article : https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/marseille/variant-delta-a-marseille-une-flambee-inedite-des-contaminations-au-covid-revelee-par-les-eaux-usees-de-marseille-2188453.html
Partager