RADIO(S)

Alerte info



A la veille du 1er tour des élections départementales, une candidate à Grasse dans les Alpes-Maritimes affirme avoir été agressée par un candidat RN. Marie-Chantal Guzman (PCF) a déposé plainte pour "violences volontaires" contre Jean-Claude Geay, son adversaire du Rassemblement national.

A Grasse, dans les Alpes-Maritimes, une candidate aux élections départementales affirme avoir été agressée par un candidat RN. Le Rassemblement National nie l’agression.
A Grasse, dans les Alpes-Maritimes, une candidate aux élections départementales affirme avoir été agressée par un candidat RN. Le Rassemblement National nie l’agression. © Richard Villalon Maxppp

"Il m'a arraché le pinceau avec lequel je collais mes affiches, m'a attrapé la tête et me l'a tartinée de colle". Jointe par France 3 Côte d'Azur, Marie-Chantal Guzman, candidate communiste à l'élection départementale dans le canton de Grasse 1, raconte comment elle a été agressée par son adversaire du Rassemblement national, Jean-Claude Geay, vers minuit et demi dans la nuit de vendredi à ce samedi 19 juin.

"Nous étions devant l’affichage libre de la communauté d’agglomération du pays de Grasse avec mon colistier Laurent Boissée et le titulaire de Grasse-2 Frédéric Ferrare quand j'ai vu un monsieur qui est descendu de sa voiture. Je ne l’ai reconnu tout de suite. C’était monsieur Geay qui me filmait et dit que 'je vais porter plainte vous n'avez pas le droit de coller vos affiches'".

"Désinformation" selon RN 

S'en seraient suivies les violences décrite par la candidate communiste, qui a déposé plainte au commissariat de Grasse pour "violences volontaires" et fait constater des ecchymoses par un médecin légiste. Une version que conteste le Rassemblement national par la voix de son délégué départemental dans les Alpes-Maritimes.

Lionel Tivoli, dans un post Facebook, dénonce "une entreprise de désinformation" affirmant que c’est le candidat RN qui a été "pris à partie". "Le candidat RN Jean-Claude Geay, accompagné d’un militant, a demandé à une équipe de militants communistes de cesser de coller des affiches alors que la campagne était terminée et qu’ils étaient donc dans l’illégalité.

Un vif échange verbal a eu lieu, les militants communistes se montrant particulièrement agressifs, saisissant notre candidat par le col !

Lionel Tivoli délégué du Rassemblement national dans les Alpes-Maritimes

Le candidat mis en cause reconnait "une petite bousculade mais aucun coup, aucune violence". Il explique que Marie-Chantal Guzman s'est approchée de lui et  "est devenue agressive". "Je l'ai alors repoussée avec un pinceau de colle que je leur avais pris, mais pas avec le manche, juste les poils de la  brosse". Il reconnait aussi avoir "mis un peu de colle sur leur véhicule" et s'en excuse.

Réactions de soutien

Les réactions de soutien à la candidate de gauche se sont multipliées ce samedi sur les réseaux sociaux. Renaud Muselier, tête de liste LR aux régionales pour qui "la violence n'a jamais sa place dans la vie politique".

Jean-Luc Mélenchon, député LFI des Bouches-du-Rhône écrit sur Twitter : "la violence d'extrême-droite déniée et par là même encouragée se lâche sans retenue. Pensées amicales pour Marie-Chantal Guzman".

Contacté par France 3 Côte d'Azur, le parquet de Grasse était injoignable ce samedi après-midi.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections violence faits divers rassemblement national parti communiste
Source de l'article : https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/alpes-maritimes/grasse/departementales-2021-la-candidate-de-gauche-a-grasse-porte-plainte-pour-violences-contre-son-adversaire-du-rn-2143543.html
Partager