RADIO(S)

Un supporter de l'OM fête la qualification du club en finale de l'Europa League
Un supporter de l'OM fête la qualification du club en finale de l'Europa League — Boris Horvat / AFP
  • De nombreux supporters s'étaient retrouvés sur le Vieux-Port pour regarder ensemble le match opposant Salzbourg à l'OM.
  • Après de longues heures, ils ont fêté la victoire de l'OM dans une grande liesse.

« Moi, je table sur un 2-1 pour Salzbourg. Ça ne va pas être facile, ils sont costauds les Autrichiens, mais on va y arriver. » A quelques minutes du coup d’envoi de la demi-finale, Ludo avance avec prudence son pronostic. « Pas d’enflammade », comme dirait Barthez à l'époque, en 1998. A côté de lui, d’autres supporters de l’OM sont plus enthousiastes.

Depuis déjà plusieurs minutes, les fumigènes et autres pétards pleuvent sur la bien mal nommée rue de la Paix. Les chants font vibrer les murs des deux pubs qui se font face dans cette petite rue près du Vieux-Port. Jusqu’au point, sûrement, de faire siffler les oreilles d’un certain Jean-Michel Aulas qu’on est certain de retrouver très bientôt, pour la finale, et à qui on promet en musique de « tout casser chez lui ». 

Premier but, première crispation

La bonne humeur ambiante de la première mi-temps prend subitement fin à la 53e minute. But d’Amadou Haidara. Les chants se font plus rares. Au second but, un étonnant silence s’empare du Vieux-Port. Les visages sont tendus. On mord sa chemise pour se contenir, on se ronge les ongles. C’est le scénario redouté, un scénario catastrophe qui en dégoûte plus d’un : celui des prolongations. Les minutes sont longues, très longues. « Faut juste en planter un, putain, putain ! », s’emporte Axel. Avant de se retourner vers sa toute jeune voisine et son père. « Oh, mince, pardon, pas devant les enfants. »

La télé du bar saute, quelques secondes des prolongations leur échappent. C’est la mésaventure de trop pour ces supporters dont le cœur s’emballe depuis plusieurs minutes. « Ça peut donner des envies de meurtre, ça ! » L’image revient, les Marseillais s’approchent de la surface de réparation, mais l’occasion est encore ratée. Les cris s’enchaînent en même temps que les balles qui passent à côté de la lucarne. « Enculé, mais met là, bordel, met là ! ». A ce moment-là, on s’en fiche des gosses et de la bienséance, il faut juste le but de la délivrance, celui qu’ils attendent tous pour pouvoir enfin faire la fête et vivre cette finale espérée depuis des années.

Le but de la délivrance

Et, c’est là qu’il arrive. Alors, dans tout le quartier, la joie explose. Un immense cri commun, des sauts et des yeux écarquillés. Certains peinent à réaliser sur le moment. Axel étreint son copain, il a les larmes aux yeux. « J’étais mal là. J’ai eu peur, très peur. » « J’ai eu une de ces frayeurs, renchérit Nicolas. Mais on l’a fait, on n’est pas la capitale du foot pour rien, on est le meilleur public, pas vrai ? »

« On est venu de Seine-Maritime pour voir ça, explique Mickaël. C’est ce qu’on voulait voir, cette ambiance de fou, c’est unique, après un début très tendu, très nerveux ! » « J’étais pas tranquille, mais voir ce monde sur le Vieux-Port, après cinq années pas terribles, ça fait chaud au cœur », sourit Jonathan.

La folie s’empare du Vieux-Port

Derrière lui, les fumigènes rouges ont recouvert le quai de Rive-neuve. Les motos vrombissent. Une foule dense s’avance rapidement vers la Canebière. Le bruit devient assourdissant, entre les klaxons, les chants et les pétards. On grimpe à tout ce qui peut être grimpé, panneau de signalisation, plot ou kiosque à journaux. Un jeune homme fait une course de poubelles, une jeune fille barre la route dans un grand sourire à une voiture de police qui tente de se frayer un chemin. Un vent de folie souffle sur la Canebière.

Dans ces moments de liesse, le football fait des miracles, comme rendre plus chaude l’eau glaciale du Vieux-Port dans laquelle des supporters s’amusent à plonger la tête la première. La tête froide, certains la gardent toutefois, quand on évoque une éventuelle victoire de l’Europa League. « L’Atletico, c’est la meilleure affiche possible, on ne pouvait rêver mieux. Maintenant… On a une chance sur deux de gagner ! » « Le but, maintenant, c’est d’aller au bout, espère Didier. Une finale en France en plus, c’est merveilleux ! »

L’OM peut-elle transformer l’essai à Lyon contre Antoine Griezmann et ses coéquipiers, comme l’espèrent les supporters marseillais ? Sur cette prochaine échéance, une seule certitude : à écouter la mélodie récurrente, scandée durant toute la (longue) soirée de fête sur le Vieux-Port par les supporters de l’OM, on n’aimerait pas être ce jour-là à la place d’un certain Jean-Michel A., président de l’OL…

>> A lire aussi : VIDEO. Salzbourg-OM: Au bout de la tension et de la prolongation, Rolando envoie l'OM en finale de Ligue Europa

Source de l'article : https://www.20minutes.fr/marseille/2265763-20180504-video-salzbourg-om-insultes-ongles-ronges-fumigenes-recit-soiree-folie-supporters-marseille
Partager